Pulchellus

Administration publique: talon d’Achille du régime Condé?

Lors de la signature d’un contrat de performance lundi, 22 février avec le ministre de l’économie et celui du budget ainsi que les directeurs de la douane et des impôts, le président guinéen a de nouveau fait son mea culpa. Alpha Condé comme à l’accoutumée, a fustigé les pratiques peu orthodoxes opérées au sein de son administration : l’absentéisme, la corruption, le clientélisme, le conflit d’intérêt, la sédentarisation des hauts cadres aux postes clés, la lourdeur administrative ...

Le locataire du palais Sékoutouréya exige que tout le monde fasse « sa révolution culturelle ». Il a prévenu les hauts perchés de l’administration publique notamment les ministres de sévir désormais sans états d’âme. Une évaluation de performance sera faite tous les trois mois a martelé Alpha Condé. Aux ministres de l’économie Mamadi Camara et du budget Ismael Dioubaté, le président demande d’assainir le fichier de la fonction publique afin d’extirper les fonctionnaires fictifs.

On pourrait dire sans risque de se tromper qu’il s’agit de la même rengaine. L’opposant historique devenu président répète à satiété depuis 2010 qu’il va mettre fin à toutes les mauvaises pratiques au sein de l’administration guinéenne mais en vain. Plus d’une décennie à la tête de la Guinée, Alpha Condé peine encore à impulser sa dynamique dans les habitudes des travailleurs de la fonction publique.

0 Commenter la reponse

  1. Avatar

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire