Pulchellus

Après sa convocation par la HAC sur la couverture des dernières manifs, le correspondant de Rfi sera-t-il blâmé ou sanctionné ?

Après la mort de deux jeunes guinéens mercredi dernier lors d’une journée ville morte appelée par l’opposition républicaine, le correspondant de la radio française Rfi en Guinée Mouctar Bah avait déclaré et écrit sur le site de ce média, que ces personnes avaient été tuées par des militaires. L’armée étant pourtant en déhors du maintien de l’ordre lors des manifs.
Même si le chef de file de l’opposition avait affirmé devant la presse qu’il avait été informé par des proches que les deux manifestants ont été tués par ‘’deux militaires bérets rouges’’ qui étaient sur une moto, aucune preuve n’avait été montée aux journalistes.
Le correspondant de Rfi s’est-il contenté des propos de Cellou Dallein Diallo ou a-t-il des preuves tangibles de ses affirmations ? C’est pour tenter des répondre à cette question que Moucatr Bah a été convoqué ce lundi 12 novembre 2018 au siège de la Haute Autorité de la Communication HAC à Kaloum.
Selon nos informations, les arguments avancés par le correspondant de Rfi pour justifier ses accusations n’ont pas du tout convaincu les commissaires de l’organe de régulation des médias en Guinée.
Ils doivent désormais se retrouver et décider de la mesure à prendre.

0 Commenter la reponse

  1. Avatar

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire