Pulchellus

Fajimba Mara juriste : ‘’Dans 15 jours, les conseillers de la Cour Constitutionnelle, éliront un président à la place de Kélèfa Sall’’


Alors que la polémique enfle toujours sur l’arrêt pris le 12 septembre par 8 conseillers de la Cour Constitutionnelle destituant le président de l’institution, le juriste Fajimba Mara sort de son silence. Il s’insurge contre les détracteurs de cet arrêt. Dans un entretien ce mardi 18 septembre 2018 avec notre rédaction, l’universitaire et doctorant à l’université Cheick Anta Diop de Dakar a déclaré que cette décision est fondée.
‘’(…) Je crois que le problème de la Cour Constitutionnelle est une affaire interne qui doit être gérée de façon responsable par ses conseillers qui sont pour la plupart de grands juristes. La Cour constitutionnelle est une institution éminemment politique. Et pour être plus complet, je dirai que c’est un organe délibérant. Sur les 9 conseillers, 8 ont pris une montion de retrait de confiance. Il y a des points qui échappent à certains analystes. Ce n’est pas le chef de l’Etat qui a élu Kélèfa Sall mais plutôt les conseillers. Alors si ces derniers lui retire leur confiance, il est impossible pour lui de résister’’, a-t-il indiqué. ‘’M. Sall est président parce que ses pairs l’ont voulu. A ceux qui disent que le Président de la République est derrière cette affaire, je dirai qu’ils doivent bien s’informer. Parce que le chef de l’Etat n’y est pour rien. Ce qui se passe, c’est entre le président de la cour et ses pairs. Aujourd’hui, moi je dirai même que le Président Alpha Condé est dans des difficultés parce qu’il a toujours soutenu Kélèfa Sall’’, a-t-il déclaré.
Et d’ajouter ‘’ On parle beaucoup des sirènes révisionnistes dont il a parlé lors de la prestation de serment d’Alpha en 2015. Sauf que ce discours, ce sont tous les conseillers qui ont contribué à sa rédaction. Ce n’était pas la fabrique de Sall. Si le président avait fait une médiation avant l’arrêt du 12 septembre, peut-être que ça pouvait changer la donne. Entre le 5 et le 12 septembre, le président Alpha Condé devrait réagir face à la montion de défiance. Mais maintenant que la majorité s’est réunie pour prendre l’arrêt, il n’y a plus de recours. Aujourd’hui, les conseillers sont en train d’observer les 15 jours, après ils vont élire un autre président. Kélèfa Sall va rester conseillers de la cour mais plus comme président…’’.

0 Commenter la reponse

  1. Avatar

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire