Pulchellus

‘’Les propos d’Etienne Soropogui remettent en cause la crédibilité du scrutin du 4 février et l’accord politique du 8 août’’, dixit Dansa Kourouma


Depuis que le directeur des opérations de la commission électorale nationale indépendante Etienne Soropogui a déclaré sur les médias que les magistrats avaient été influencés lors des communales du 4 février dernier par le pouvoir, les commentaires fusent de partout. Pour le président du conseil national des organisations de la société civile qui s’est prêté ce vendredi 14 septembre 2018 à nos questions, ‘’Les propos d’Etienne Soropogui remettent en cause la crédibilité du scrutin du 4 février et l’accord politique du 8 août’’.
Dansa Kourouma estime que M. Soropogui doit apporter des ‘’preuves de ses allégations’’ et se justifier sur sa participation à cette supposée fraude.
‘’La CENI ne doit pas continuer à entretenir le silence autour de cette affaire. Ce que monsieur Soropogui a dit ne le dédouane pas. Il a sa joué sa partition dans cette influence parce qu’il a laissé faire avant de se mettre à parler. Maintenant, il revient à la CENI de lui demander de montrer les preuves de cette influence pour ne pas discréditer les autres élections à venir. Pour moi, les propos d’Etienne Soropogui remettent en cause la crédibilité du scrutin du 4 février et l’accord politique du 8 août’’, a-t-il déploré. Et d’ajouter :’’Si la CENI ne répond pas à nos inquiétudes, cela veut dire que cette institution ne doit plus organiser les scrutins qui nous attendent d’ici 2020’’.

0 Commenter la reponse

  1. Avatar

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire