Pulchellus

Réclamation salariale de 10 millions : dernière lubie du syndicat guinéen


Cette nouvelle réclamation de l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG démontre l’embrouillamini qui règne en Guinée. Après avoir semé la chienlit et paralysé le pays durant plus d’un mois en réclamant la baisse du prix du carburant à la pompe, le syndicat guinéen montre des signes d’une lypémanie.
Ce jeudi 9 août 2018 au sortir d’une nouvelle négociation avec le gouvernement dans les locaux du ministère de la fonction publique autour du dossier du carburant, le syndicat a renoncé à son préalable qui exigeait que le gouvernement revienne au prix de 8 000 GNF comme prix du litre du carburant à la pompe avant toute négociation.
Il accepte les 25% d’augmentation du prix du carburant à la pompe mais demande que le salaire des travailleurs du public, privé et mixte soit augmenté de 10 millions de francs guinéens, soit 1 000 euros. Mamadou Mansaré le président de la commission nationale syndicale des négociations a réclamé que’’ les pensions civiles et militaires soient augmentées de 100% et que le salaire minimum interprofessionnel garanti SMIG qui est 440 mille francs guinéens soit multiplié par trois’’
Le syndicat espère tout simplement qu’avec ses mirobolantes reclamations, il parviendra a épaté le plus grand nombre de syndiqués pour atteindre son objectif. Après les 8 000 GNF reclamés par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, la centrale syndicale demande à son tour une augmentation de10 millions GNF pour tous les travailleurs.

0 Commenter la reponse

  1. Avatar

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire