Pulchellus

Cameroun: journée de violence dans l'ouest anglophone

Source : AFP
Nouvelles violences dans l'ouest anglophone camerounais. En dépit du couvre-feu décrété samedi pour une semaine dans la zone par le ministre de la Défense camerounais, des heurts ont éclaté dans différentes localités. Trois gendarmes ont été tués. Un sous-préfet a été enlevé. Et quelques attaques parsemées ont été enregistrées, entachant les cérémonies de commémoration de la « Journee de la jeunesse », célébrée ce dimanche par les autorités.
« Trois gendarmes ont été tués à Kembong par plus d'une dizaine d'assaillants » a déclaré ce dimanche le colonel Didier Badjeck, porte-parole de l'armée camerounaise. Selon lui, des petites localités du sud-ouest et du nord-ouest anglophone ont également été le théâtre d'attaques. Toutes auraient été maîtrisées sans que personne ne soit tué.
A Batibo, au sud de Bamenda, le sous-préfet a quant à lui disparu. D'après Joseph Mbah-Ndam, député de la ville, sa voiture a été retrouvée, ce dimanche matin, calcinée dans un village. Les assaillants auraient pris la fuite vers une destination inconnue.
Depuis plusieurs jours, les activistes sécessionnistes menaçaient sur les réseaux sociaux de troubler les célébrations du 11 février. Ce jour, devenu « Fête de la jeunesse » en 1966 était à l'origine la date du référendum qui a réuni francophones et anglophones camerounais en 1961.

0 Commenter la reponse

  1. Avatar

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire